Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

J +2 – Nous sommes maintenant En Marche.

Il est maintenant 10 h 07 et nous longeons en file indienne le Veyron afin de sortir de Poncin. Nous y sommes arrivés il y a maintenant quelques minutes. Nous nous sommes garés sur le parking du Foyer Rural, nous nous sommes salués, nous nous sommes équipés. 

Gérard nous a alors dévoilé le programme plein de promesses de cette journée. Il a axé ses explications sur la description du secteur du Bugey fier de ses cépages Gamay et Poulsart et de ses nombreuses appellations. Nous sommes 39 !  Le même nombre que lors de la précédente rando-cool ! Inutile dés lors de faire appel à un quelconque institut de sondage : la participation est identique, le taux d’abstention est nul !

Au sein du groupe, les commentaires vont bon train sur les dernières préoccupations du moment …. A savoir le Temps. Il est vrai que depuis 15 jours maintenant, la météorologie nous offre seulement le choix entre 2 options : la pluie ou le soleil ! Aujourd’hui le soleil est là. Profitons-en ! Certains optimistes d’entre nous, voient là, le renouveau, le réconfort attendu, d’autres plus attentistes demandent à voir dans le temps ! Ce soleil promis va-t’il durer ? Y aura-t’ il un état de grâce ? ….Nous progressons sur un chemin boisé et boueux, les pluies de ces derniers jours se rappellent à notre souvenir. Attention aux glissades ! Le Pré de l’étang est maintenant atteint. Nous sommes à 307 mètres d’altitude. Une halte s’impose afin que nous puissions nous désaltérer et nous dévêtir quelque peu….. Le soleil est là et nous réchauffe de ses rayons.

Nous prenons sur la droite en direction du bois de Ménestruel, parfois sur des chemins forestiers, parfois sur des parties bitumées. La présence des vignobles nous rappelle que nous sommes dans une région viticole. Sont-ce des cépages « Gamay » ou bien « Poulsard », Nul ne peux le déterminer, mais chacun peut constater les dégâts occasionnés par le gel de ces dernières semaines.

Notre longeons des pâturages entre chemins découverts et sentiers forestiers nous atteignons les cotes 406 puis 414 au lieu-dit  «Les Michailles»

Le sol parfois jonché de branches d’arbre et des nappes d’eau boueuse nous incitent à la prudence et nous obligent à un déplacement à la «queue leu leu» sur les bas-côtés.

Nous traversons maintenant un petit hameau. Un coup d’œil à la carte nous rassure qu’en à l’exactitude de cet itinéraire concocté et reconnu par Françoise, Daniel (s) et Gérard. Il est presque midi, Peut-être que nous d’atteindrons pas Leymiat pour le casse-croute de mi-journée ! Peut-être que nous nous arrêterons avant, juste après avoir dépassé Mérignat ! Qu’importe personne de se plaint, nous suivons nos guides du jour Daniel et Gérard, toujours vigilants au bon déroulement de cette sortie et attentifs du bien-être de chacun. Le hameau de Mérignat (420 mètres) est atteint par une voie bitumée au sommet d’une combe. Situé sur le versant nord du massif de Chenavel, il offre au regard un paysage varié composé de vignes, de jardins, de vergers et d’anciens pâturages.

Par la côte «Laurent» nous atteignons un endroit à découvert en limite d’une parcelle de vigne. Ici est l’emplacement de notre auberge du jour ! Il est 12 H 30. Il est l’heure de se mettre à table ! Que diable ! Adossé à des piquets, assis, parfois étendu sur l’herbe, chacun s’installe. Les sacs à dos ouverts dévoilent les richesses gastronomiques du jour. Jean No, en véritable «frondeur» s’assied un peu à l’écart par confort. Là où il est, il est parfaitement installé pour ravitailler sa «chaudière»

Nul n’est besoin de rappeler ici les douceurs proposées lors du repas. Leur énumération ferait pâlir de rage les non-inscrits. Il n’y manque rien, pas même la bonne humeur….. C’est vous dire ! Merci à Janine, Chantal, Marie-France, Bernard, Gérard, Daniel etc. etc…. La liste n’est pas exhaustive ! Le ciel maintenant un peu couvert oblige certain à revêtir une « petite laine » afin que cette pause soit plus confortable….. Dans tout programme une légère perturbation peut venir freiner les ardeurs mais n’entame en rien la bonne marche globale !

Marie-France nous incite à nous assurer de la présence dans nos bagages de nos portables, intéressée qu’elle est de ne pas voir une nouvelle fois «son » Jean faire demi-tour. Les premières maisons de Leymiat sont maintenant en vue. Une halte s’impose devant le moulin agrémenté d’un barrage qui nous permet de nous réunir pour une photo de groupe. A proximité, un coup d’œil au travers de la porte de la chapelle permet à certains de constater que cette dernière est fort bien entretenue.

L’altitude est maintenant de 276 mètres, il nous faut maintenant, dès la sortie de Leymiat, prendre sur la droite afin d’atteindre les Balmettes situées à 325 mètres d’altitude. En alternant, montées et descentes, chemins à travers les coteaux viticoles et parties bitumées, le retour vers notre point de départ se fait par Avrillat. Nos vigilants guides s’étonnent de ne pas voir revu Jean No depuis la sortie de Leyniat. Leur inquiétude est vite dissipée : Jean No est devant.

Avrillat - et son lavoir – Une halte s’impose, une photo, deux peut être !. Force est de constater que les bacs de géraniums ont mystérieusement disparu au grand dam des bénévoles du coin. Avrillat nous dévoile son château et ses remparts. Nous nous attardons quelque peu conscients que la rando se termine bientôt.

Nous empruntons maintenant la D 85 en direction de Poncin notre point de départ. Les chemins boueux et encombrés de branches sont maintenant derrière nous. La départementale est bitumée et ne présente aucune difficulté. La prudence est de mise toutefois en raison du trafic automobile maintenant présent. …. Nous arrivons en zone habitée !

Poncin est une commune de 1700 âmes. C’est une ancienne cité médiévale dont la restauration fut envisagée il y a quelques années. Malheureusement, celle-ci fut abandonnée ! La déambulation de notre groupe dans ses ruelles ne passe pas inaperçue. Certains habitants nous demandent d’où nous venons, d’autres s’informent quant à notre club de randonnée. Il est vrai de que de nombreux marcheurs passent ici régulièrement et que la population locale consciente des attraits de leur commune ne reste pas indifférente.

Nous sommes maintenant arrivés.

Nous avons parcouru 13.300 Kms suivant les dernières estimations. Une nouvelle fois, Colette nous a confectionné un gâteau (cette fois-ci à l’orange). Un délice que nous partageons avant de nous séparer et de nous dire à bientôt sur les sentiers de l’Ain ou d’Ailleurs ! Merci Colette !

Merci à toutes les personnes qui ont reconnu ce parcours (Françoise, Daniel(s) et Gérard etc…) Merci à tous, pour votre bonne humeur qui à contribuée à faire de cette journée un agréable moment.

MNS c’est la jeunesse énonce la devise reprise sur ce site. Jeunesse nous l’avons avec sa volonté d’entreprendre, sa fougue quelquefois et sa détermination, souvent.

Alliée à la sagesse et à la pondération dues à notre âge, fasse que cette combinaison nous permette d’aller encore et encore de l’avant.

« Comprenne qui voudra ! »  P Eluard / G Pompidou – 1969.

 Résumé de Denis

Voir plus de photos de Poncin

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé