Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

SERMOYER - Le 10 octobre 2017

Il est 10 heures ce mardi 10/10/2017. Nous sommes maintenant tous arrivés au « Site des Charmes » pour attaquer de pieds fermes cette nouvelle rando-cool.

Le 10/10 à 10 heures ! Nous aurions pu être seulement 10 pour cette nouvelle aventure ! Seulement voilà : une rando-cool  de 15 kms avec si peu de dénivelé (à peine 100 m !) dans un environnement exceptionnel  par une belle journée d’automne, mené de surcroit par un connaisseur de la région  (Jean)…  ça attire des amateurs : Nous étions donc 46.

Le décor est maintenant planté : nous sommes là tous en pleine forme (ou presque !) équipés de nos seaux et pelles (je rigole ! quoique… On aurait pu ! Parce que par ici… Y’a du sable !). 

Nous quittons le Site des Charmes pour rejoindre la D 933.

La brume présente en ces lieux nous laisse présager une journée des plus agréables.

Le déplacement en file indienne sur cette partie bitumée du parcours, nécessite attention et vigilance et ne permet pas de longues conversations. Qu’importe ! La randonnée ne fait que commencer.

Nous franchissons la Seille non pas à gué (s’aurait été Rock ‘n Roll !) mais à pied ….

A Pont Seille nous bifurquons sur la droite pour prendre la direction de la Réserve Naturelle de la Truchère-Ratenelle.

Des passerelles en bois nous conduisent en bordure de l’étang Fouget. Celui-ci nous fait découvrir son univers marécageux constitué de petits canaux bordés d’une végétation exubérante, refuge idéal de nombreux oiseaux. 

Davantage de temps et probablement plus de silence nous auraient peut-être permis d’observer au travers d’observatoires situés en bordure le discret héron pourpre batifolant dans les touradons de carex surgissant de l’eau.

Jean, reconverti en ecclésiastique, nous propose derrière un confessionnal improvisé de nous soulager de nos péchés ! Non Père Jean, l’heure n’est pas à « confesse ». 

Il est maintenant 11 heures.C’est sous un soleil maintenant généreux que nous poursuivons notre chemin en direction de Ratenelle, alternant partie boisée (nous sommes ici dans le Bois d’Avaux) et portion asphaltée.

Par le Champ Pelnet nous nous dirigeons vers l’Etang des Bois. Nous laissons celui-ci sur notre droite, traversons la D 933, route de Pont de Vaux et prenons la direction de La Truchère. Nous avons parcouru depuis le départ 6 Km.

La D 376 nous conduit jusqu’à La Truchère en passant par la Grenouillère. Nous avons laissé pour un temps, la réserve Naturelle sur notre gauche.

La Promenade du Barrage nous permet de rejoindre notre restaurant du jour. Nous apercevons déjà les tables disposées sur une aire des repos gazonnée et ombragée.

Nous avons parcouru 9 km environ. Il est temps de s’octroyer quelques moments de repos dans cet environnement accueillant.

Les sacs à dos ouverts laissent apparaitre leurs trésors revitalisants du jour. Sandwichs pour certains, salades pour d’autres etc. ! Les plus prévoyants circulent de table en table afin d’apporter une assistance liquide à cette communauté reconnaissante.

Qu’il est agréable de se détendre sous ce soleil régénérant. L’occasion est ainsi offerte à certains pour effectuer un strip-tease afin d’adopter une tenue plus légère… On se demande parfois pourquoi la randonnée attire tant de monde ? Ne chercher pas ! La raison est là !

Au bout d’une heure, sandwichs et salades avalés, café et pousse-cafés dégustés, il ne nous reste plus qu’à nous rendre à l’évidence : Nous ne sommes pas d’ici, il nous faut reprendre la route.

Nous continuons sur la Promenade du Barrage, nous traversons la Seille sur un pont qui permet une vue générale sur l’écluse en contrebas. L’occasion est trop belle : Une photo de groupe permet d’immortaliser la bonne mine de chacun.

Au sortir du pont, en prenant sur la gauche, la Corne de Vachon nous permet de longer la Seille et de traverser la Prairie de Sermoyer. Quelques vaches paissent tranquillement et ne semblent nullement perturbées par nos conversations. Certaines, par leurs beuglements, essaient d’y prendre part. Le dialogue s’avère impossible !

Nous traversons la Vieille Seille. Les pâturages se succèdent maintenant par Les Fourches et le Pré Moiroux….

Le chemin boisé nous permet alors de constater que la nature cette année est généreuse question champignons. De nombreuses variétés parfois vénéneuses se réfugient sous le couvert des taillis ici  présents.

Le sol est de plus en plus meuble, la présence de sable nous rappelle que la Réverse Naturelle que nous atteignons est réputée pour ses dunes de sable.

« C’est loin la mer ? – Tais-toi et marches ! »

LaTourbière de la Lioche, dont la présence est étonnante à cette altitude, permet par son sol toujours gorgé d’eau le développement de la sphaigne, cette mousse caractéristique et de quelques végétaux originaires de l’époque glaciaire.

Les dunes de sables, quant à elles, situées à quelques mètres du sol gorgé d’eau de la tourbière rappellent plus le bord de mer que la Bresse. « C’est loin la mer ? – Tais-toi, on y est ! »

Modelé par le vent il y a quelques 5000 ans, le sable nu est partiellement recouvert d’un tapis de mousses et de lichens surmonté de buissons de genêts et de bruyère. C’est ici le paradis des insectes.

Jean, profite d’une pose dans cet environnement pour nous rappeler que cet endroit est connu et reconnu depuis 150 ans notamment grâce à l’abbé Nyd, curé de Sermoyer, qui mit à jour de nombreux silex. Ce site présente des intérêts géologiques, botaniques mais aussi archéologiques notamment par l’existence d’un village de pêcheurs présent en ces lieux il y a 5000 ans.

Il parait que les dunes changent de couleur d’une saison à l’autre, suivant la végétation….. Il parait qu’on peut entendre le chant du pipit ou de l’engoulevent… il parait que certaines plantes carnivores y poussent…. Il parait que la présence animale y est importante : chevreuil, renard… Il parait que 153 espèces d’oiseaux y ont été dénombrées… Il parait que l’on peut observer le cuivré des marais, ce magnifique papillon de juin à aout. Il parait même que nous y retournerons un jour !!!

Plus loin, un mage sculpté semble sortir du sable. Cette œuvre de F. Leroy salue le visiteur. C’est la fin de notre rando.

Les véhicules sont bien là ! Ils nous attendent !

Merci pour cette rando-cool pleine de convivialité.

Merci Jean pour nous avoir entraîné sur ce site magique et méconnu.

 

« C’est alors que le Petit Prince demanda poliment :

Ou sont les hommes ?

Les hommes…. Je les ai aperçus, il y a des années. Mais on ne sait jamais où les trouver.

Le vent les promène. Ils manquent de racines … »

Saint Exupéry

 

Fasse que le vent nous promène encore longtemps

 

Denis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé