Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

Thioles (Simandre sur Suran) - Le 12 septembre 2017

En cette rentrée scolaire 2017/2018, quand il nous fut annoncé que ce 12/09/2017, nous allions avoir une journée d’intégration à Simandre-sur-Suran, nous avons tous sauté de joie, d’autant plus que le prof-principal, Jean-Paul assisté de son fidèle bras droit Daniel A. allaient nous guider pendant une journée entière sur un parcours de 14 kms.

Nous étions donc 37 (dont 14 hommes), profs et assistants compris à nous rendre à Thioles, point de départ de cette journée récréative.

Equipés de nos sacs à dos (qu’il est agréable de laisser pour un jour nos cartables à la maison !) et de notre goûter !, nous sommes partis sur la droite en direction de Banchin.

La première partie s’avère cool, Raoul ! Nous cheminons aux abords de parcelles plantées de maïs. Il ne pleut pas pour le moment bien que temps semble menaçant.

Oui mais voilà… Le prof principal nous a réservé une surprise. La traversée « à gué » du Suran. C’est le premier exercice prévu pour cette intégration : Une épreuve d’équilibre ! Bien évidemment la plupart des élèves se livrent à cet exercice d’une façon détendue et efficace. Pour d’autres par-contre, et croyez-moi, j’en parle en connaissance de cause ! L’exercice ne s’avère pas des plus banals ! Heureusement l’entre-aide (Merci Gégé) et la cohésion du groupe permirent une fin heureuse, joyeuse même à ce premier exercice.

Après avoir repris nos esprits et pris quelques photos des exploits de certains (Merci Jocelyne !), il nous faut maintenant, amorcer la « p’tite grimpette » annoncée il y a quelques temps sur la feuille de liaison. Le chemin caillouteux et la pluie intermittente ne facilite pas notre progression. Chacun met sa cape de pluie, enlève sa cape, remet sa cape, enlève son K- Way !  Aidé par le petit copain le plus proche, le groupe réussit haut la main cette 2eme épreuve : un exercice basé sur la solidarité. Les profs sont satisfaits

Sur notre gauche quelques fleurs éparses agrémentent une partie dégagée. Exercice de Botanique : Une fleur violacée, de en fin d’été-début d’automne,eh bien oui ! Ce sont des colchiques….. « Colchiques dans le prés fleurissent, fleurissent…. » Inutile d’en rajouter, vous connaissez la chanson, et la pluie est déjà là ! De plus il n’y a pas d’épreuve de chant dans cette journée d’intégration.

Eh bien oui, nous avons atteint Petit Corrent (506 m sur la carte). Nous sommes partis de 322 m. On nous avait dit que ça montait alors voilà : Exercice de Calcul Mental : Le dénivelé est de ? Je ramasse les copies à la fin. On ne triche pas Jean-Claude, on ne triche pas !

Les hauteurs nous permettent d’avoir une vue dégagée sur le paysage qui s’offre à nous. Une épreuve de géographie permet à certains de montrer leurs compétences en la matière en nous indiquant Chavannes en contrebas.

A la mi-journée, chacun s’installe sur un sol mouillé (N’est-ce pas Martine !) mais sous le soleil maintenant revenu. Il est l’heure de tirer de nos cartables (pardon de nos sacs !) les goûters. Repas habituel à tous les stages d’intégration : Soupes, salades, boissons ! (Rosé, Rouge) chocolats, gâteaux, fruits secs et élixirs (afin de se donner la pêche pour la suite des épreuves)

Après la traditionnelle photo de groupe, toujours dans la bonne humeur, le groupe est maintenant prêt à affronter les nouveaux exercices de l’après-midi.

Question Zoologie version Ornithologie, inspirée par l’état somatique de certains après cette halte gustative : Quel est l’oiseau qui peut voler en dormant ? Le Martinet… Merci Martine ! Rappelles-moi à l’occasion de te donner un bon point !

Nous avons parcouru 5 km, il nous en reste donc 9. Oui mais en descente ! Ah bon ! ça nous rassure ! Oui mais sur un chemin gouilleux, merdeux ! Exercice de Français : Gouilleux n’est pas dans le dictionnaire, Merdeux l’est, comme quoi Michèle, tu as raison !  Un bon point à toi aussi !

La descente se fait maintenant dans un chemin forestier caillouteux et terreux. Le chahut, le bavardage n’est plus de mise. Il faut faire attention où l’on pose les pieds si on ne veut pas finir à l’infirmerie !

Les 519 mètres de Racouse nous permettent de découvrir la « calanque » de Cize (séquence nostalgie) dans le lointain. La D 98 et la D 59 sont en contrebas (séquence GPS !)

Le Grand Corrent que nous atteignons en descendant nous révèle un illogisme flagrant : En effet nous avons ce matin atteint le Petit Corrent lors de la grimpette. Le Grand serait-il plus petit que le Petit, et le Petit plus grand que le Grand ! Exercice de Logique ? Et bien non tout simplement une constatation à la lecture de la carte !

Cette remarque étant faite, le retour se fait cool comme on nous l’avait précisé. Nous traversons Les Contamines. Nous sommes dans le Bois de Planoz et aucun indice ne nous permet de parfaire nos connaissances en faune sauvage. Point de cerf, sanglier et autre lapin. Peut-être faisons-nous trop de bruit ! Qu’importe, certaines conversations nous permettent d’aborder ce sujet. (Pêche notamment !)

Aux abords du passage à niveau au lieu-dit Foirosan, un nouvel exercice, celui-ci dénommé « Assistance premier-secours » permet à Gérard de se débarrasser d’une épine quelque peu gênante qui s’est insidieusement logée dans sa main. Bravo  au service d’urgence pour sa rapidité d’intervention. Vous êtes plus efficace que le TGV qui passe sur cette voie. Celui-ci ne sera là que dans 2 heures.

Pas le temps d’attendre un hypothétique arrêt de ce joyaux « made in France », pour nous ramener à la maison d’autant plus que nous ne sommes pas fatigués, quoi que !

Arrêtés, Jean Marc et Robert s’interrogent sur l’authenticité de trois voutes en pierre rehaussant la porte centrale d’une batisse rénovée. Nos deux gaillards auraient certainement excellé si une épreuve d’architecture avait eu lieu.

Hélas, l’heure n’est plus à la rigolade, du moins pour moi ….. Un autre Gué…. Celui du retour - Oh Gué Oh Gué ! Même difficulté : même remède…. C’est Gégé qui s’y colle ! (Sympa Gégé) Sympa toi aussi Jocelyne pour voir immortalisé la scène ! 

Nous voilà maintenant au terme de cette journée d’intégration. Les profs semblent être contents de nous.

En tous cas, nous on est vachement contents d’eux. On se dit que ce sera vraiment « trop classe » de faire cette nouvelle année scolaire avec des profs comme ça !

Alors on les remercie tous et on leur dit :

Les vacances c’est « bof » surtout avec les parents, tandis que l’école dans ces conditions « ça sera top délire ! » et puis des profs et des potes comme ça « ça déchire un max ! »

Merci

 

Denis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé