Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

Treffort - Le 11 septembre 2018

Treffort – Rando-Cool - 11 septembre 2018

Nous sommes 32, il va faire 32 ° cet après-midi (c’est Miss Météo qui me l’a dit) et nous sommes sur notre 31.

Les premières bases sont bien en place pour cette nouvelle Rando-Cool mais le décor n’est pas encore planté. Le voilà :

Treffort-Cuisiat (notre point de départ) est une commune française, du département de l'Ain dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, située sur la route du Revermont qui relie Jasseron à Coligny. Le 1ᵉʳ janvier 2016 elle fusionne avec Pressiat pour former la commune nouvelle de Val-Revermont.

Départ 10 h et Hop direction les esses de Tréffort pour une course de côte, pardon pour une rando en côte ! Ça monte, oui ça monte ! Et alors ! Ça ne nous fait pas peur ! Certains d’entre nous se sont entrainés en basse altitude en Bretagne et se sont dopés à l’iode marin pendant une semaine ! C’est vous dire la pêche qu’ils ont !

Après une petite halte propice au ravitaillement nous quittons les esses, bifurquons sur la droite et nous nous lançons à vive allure sur le GR 59. Les dépassements ne sontpas autorisés sur cette portion montante, certains de nos compétiteurs d’un jour n’hésitent toutefois pas à donner libre cours à leur fantaisie.

Une consigne reste de mise : ne pas dépasser celui des nôtres qui était en pole position en ce début de matinée….. Et ça tombe bien c’est Jean C., et il sera intraitable avec les contrevenants.

Sur ce chemin les cailloux entament la gomme des semelles… Qu’importe, l’enthousiasme lui n’est pas entamé quand nous atteignons une partie beaucoup plus propice au dépassement ; un coup d’œil au rétro un coup de volant (ou de bâton !) à gauche et hop c’est fait …. Une place de gagnée.

Sur notre gauche « La Côte » nous nargue quand nous atteignons le bois de Fayole et puis le chemin de Fayole. Tu rigoles Anatole, mais nous sommes presque au col de France et il va falloir retourner au stand pour ravitailler.

Point de paddock en vue pour l’instant, ici ce ne sont que des écuries privées, c’est vous dire la galère.

Sur un secteur un peu herbeux nous trouvons enfin un lieu de ravitaillement convenable. Le moteurs ont besoin de liquide de refroidissement, et ça tombe bien,tout est prévu ! Il est 13 H.

Changement de pneus (ou de tenue !...qu’importe !) et voici nos bolides de nouveau sur le circuit vers 14 heures, direction Meillonnas.

Meillonnas est une commune française….. (Allez voir Wikipédia c’est tout expliqué…..) Moi je reste en haleine devant l’issue de la course… A l’approche de Meillonnas et de ses faïences, sur une portion bitumée, des bolides de l’écurie Lalande nous talonnent. Ce sont des jeunes, des fringants partis pour un rallye de plusieurs jours…... C’est beau l’école de nos jours !

C’est au pied du château construit en 1350 par Humbert de Corgenon et plus exactement sous sa latrine (qui n’est plus en fonction, hélas !) qu’a lieu le premier ravitaillement de l’après-midi….. Il y en aura d’autres car comme nous l’a précisé Miss Météo : Ca va cogner ! Il faut rafraichir les moteurs de peur de l’explosion.

Nous voilà repartis : 323 (Non ce n’est pas la vitesse, c’est l’altitude) pour cette portion ombragée. Et n’en déplaise aux « Alonso » ou  « Sébastien Loeb » du groupe, ici c’est file indienne et dépassement proscrit.

Aucun changement au classement n’est possible sur cette portion du GR Pays du Revermont, quoique ! Certains concurrents attardés et filous profitent des haltes techniques pour glaner quelques places.

Treffort est maintenant en vue, plus aucune halte au paddock n’est autorisée. Certain dirons « Ca sent l’écurie ! », moi, je dirais simplement qu’on aperçoit les voitures en contrebas.

Un virage à gauche, un carrefour à appréhender, délicat, compte-tenu de notre état de fraicheur…(32 ° à l’ombre ! parfois sans ombre ! c’est vous dire….) et nous sommes en vue du drapeau à damier.

Nous ne dénombrons lors de cette rando de 14,100 Km sur 338 m de dénivelé, aucune panne, aucune sortie de route ni d’éclatement de semelle.

Mieux même ! Aucun d’entre nous n’a dû faire appel au mulet ….. Et ça, allez demander à Ferrari ou Renault, c’est rare dans une course !

Merci à celui qui a su tenir la pôle position du début à la fin : Jean C.

Merci également aux voitures balai (parce qu’il en faut !) Daniel A., GéGé, Jean-Claude.

Nous espérons également que la position permanente du pied sur l’accélérateur n’aura en rien perturbé la reconstruction lente d’un certain talon d’Achille.

A Bientôt sur de nouveaux circuits.

 

Denis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé