Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

Séjour « La Grange d’en Haut » du 16 au 18/05/2018

1er jour : H²O

Malgré le temps peu réjouissant, nous sommes 22, ou plutôt 19 (3 nous rejoindrons ce soir) à attaquer vers 10 h 30 les premiers kilomètres de cette randonnée que nous ont concoctée France et Sylvain.

Attentionnée, France, avant le départ nous briffe sur le parcours à venir, nous sensibilise sur le matériel que nous devons prévoir par ces conditions climatiques. Après nous avoir une nouvelle fois comptés (pas question d’en oublier !) Elle nous guide en direction du col de la biche à 1298 mètres.

Nous avons été avertis, contrairement à nos habitudes que la première partie de cette randonnée se fera en descente. Effectivement par des chemins caillouteux à travers bois, nous atteignons la Grange d’Aimoz à 1166 mètres, la Grange de Léaz et puis le Plan de Caron à 1048 mètres.

Le GR des pays du Valromey nous conduits jusqu’à Lovet à 764 mètres. Nous cheminons sur un parcours parfois boueux ou caillouteux sous un ciel de plus en plus menaçant nous contraignant à tirer de nos sacs, nos maintenant indispensables ponchos ou capes de pluie.

Mais la pluie n’arrête pas le pélerin ! C’est écrit dans les livres et même sur le fronton du site de MNS (www.rando-vonnas.org) cherchez bien ?

Petite accalmie : Il est l’heure de manger…… mais c’est sous la pluie battante, sans couverture végétale que notre glorieuse équipe, installée des deux côtés d’un chemin maintenant transformé en torrent, doit terminer son repas frugal.

Bien sûr !, nous ne nous sommes par attardés…. Cela aurait été trop téméraire et de toute façon il nous faut rejoindre maintenant la route d’Arvière et le chemin des Rochers Blancs afin d’atteindre le chalet d’Arvière à 1170 mètres. Il ne pleut plus pour l’instant. Une halte nous permet de nous détendre en peu en contemplant le paysage et les nuages menaçants à l’horizon.

Monique fait connaissance avec quelques poules, Bernard en profite pour manger ! Un repas sous la pluie ne lui convenant pas, il a préféré attendre et recharger ses batteries sous des cieux plus cléments. C’est écrit : En mai, fait ce qu’il te plait !

Malheureusement, sous un ciel de plus en plus gris, nous reprenons notre chemin par le GR Tour du Valromey jusqu’à la Grange de Falavier à 1236 mètres.

Le ciel met alors ses menaces à exécution…… et nous déverse sur la tête des seaux d’eau plus qu’il n’en faut. Nous qui étions déjà bien trempés, nous voilà maintenant autant hydratés que des poissons rouges !

Les chemins forestiers ravinés par les tracteurs de débardage ne nous facilitent pas la tâche. Il nous faut continuer….. Plus personne ne parle, les oiseaux eux-mêmes se sont tus. Seuls le bruit de la pluie fouettant les capes et le son des pieds pataugeant dans la boue rythment  le chemin jusqu’à Grange d’en bas. Notre balade se termine. Nous serons bientôt bien au sec et au chaud…. Sylvain a pris les devants afin d’allumer les cheminées. Merci Sylvain pour cette gentille attention.

Depuis la Gange de Falavier, 8 d’entre nous ont décidé d’aller à l’Hergues à 1425 m voir si le temps était plus clément. De retour par le Col de la Biche, ils nous informent que c’était peut-être pire ! Quant à nous, qui sommes là depuis peu mais bien au sec, nous les informons qu’il reste encore un peu de place devant la cheminée pour faire sécher leurs godillots, et qu’il y a çà et là quelques clous plantés dans les poutres pour pendre les sacs à dos trempés.

Que d’eau, que d’eau auraient dit certains. Oui mais n’empêche que le gros de la troupe a parcouru 13 kms par 685 mètres de dénivelé. Les 8 plus valeureux ont, quant à eux parcouru 15.700 kms par 800 mètres de dénivelé.

Nous avons été récompensés de tous nos efforts….. France nous a régalés avec une délicieuse Goulasch qui nous a permis de clore dans la joie et la bonne humeur cette mémorable journée.

2ème jour : Limon c’est l’eau

Réveil 6 heures pour certains 7 h voire 7 h 30 pour d’autres …. Peu importe tout le monde (nous sommes maintenant 22) est en forme, tout le monde a bien dormi ou presque !

Depuis les Plans d’Hotonnes que nous rejoignons en co-voiturage (nous sommes à 1038 m) nous prenons le GR de Pays Balcon de Valromey jusqu’à 1130 m. Personne, au sein du groupe ne se plaint, les conditions climatiques de la veille ne semblent pas avoir émoussé ni les corps ni les esprits !

Cette randonnée élaborée par France s’annonce bucolique et de toute évidence sous un ciel plus clément. Nous cheminons entre pâtures, combes et vals fleuris. Nous atteignons La Tour et puis la Grange à Lucien (qui nous avait caché cette résidence secondaire !) pour une photo de famille.

Le sol parfois détrempé ainsi que le franchissement de quelques clôtures ne posent aucun problème aux valeureux randonneurs que nous sommes.

La Ferme du Retord à 1234 mètres, nous accueille pour le repas. Quelques tables dressées semblent nous attendre – Les jours ne se ressemblent pas…. Ici c’est un quatre étoiles par rapport à la veille. Il n’y a personne ici, pas un chat….. Ou plutôt si… Il y a 2 chats et 2 ânes en plus de nous !

Nous reprenons la balade dans ce parc botanique. L’envie est trop grande…. Je ne peux résister à l’énumération de ces richesses pastorales qui m’ont été énumérées par les participants : Narcisses, Jonquilles, Trolles, Gentianes Bleues, Gentianes communes, Coquelicots, Pissenlits, Boutons d’or, Renoncules, Orchidées Jaunes, Orchidées Violettes, Géraniums de Robert, Géraniums Sanguins, Œillets des Chartreux, Silènes, Saponaires, et pour finir Erythrone Dent de Chient (Fleur penchée à 6 pétales roses étroits…. Me souffle-t-on à l’oreille !) Oui, France nous cheminons dans un tableau de Van Gogh.

Par le GR9 pour atteignons le Crêt du Nu à 1351 m et l’Angoulot  à 1338 m.

Cette journée plus clémente que la veille se poursuit tout en harmonie par La Chat et la Croix des Terments. Ce sont des chemins que nous connaissons pour les avoir empruntés quelques années auparavant. Nous les apprécions, ils nous conduisent au Pré Sapin et nous permettent de rejoindre Les Plans d’Hotomes entre prairies fleuries et chemins forestiers.

La route fut longue 20 Km par 400 mètres de dénivelé mais ce fut un ravissement de la parcourir de par sa relative facilité et surtout par l’incitation qu’elle nous a offerte en sérénité.

Mais déjà nous voyons Lucien s’activer autour du Barbecue, nous apercevons France et Maurice emballer quelques pommes de terre…. Ce soir c’est soirée Côtelettes / Patates cuites dans les braises et Limoncello.

3eme jour : Histoire d’Eau

Aujourd’hui, il n’est pas question de faire «  grasse mat » ! Aujourd’hui on plie les gaules (comme dirait un ami pêcheur !). Après le p‘tit dèj, tout le monde est sur le pont pour ranger, briquer, passer l’aspirateur tout en se remémorant la veillée feu de bois d’hier.

Direction est prise pour Artemare, dans la vallée pour la dernière randonnée du séjour : une rando basée sur le thème de l’eau dans tous ses états !

Pas d’orage en ce vendredi 18/05, pas de pluie pour nous accompagner, mais un beau ciel bleu, quand nous prenons la direction d’Artemare. Une petite halte à la Madone permet à certains de se mettre en jambes pour la suite.

Une autre halte au Pain de Sucre permet une découvrir ce site géologique remarquable.

Le GR Pays de Valromey nous mène jusqu’à Massignieu à 301 mètres. Nous sommes maintenant dans la vallée et la végétation est différente. Nous traversons le Flon puis nous grimpons à 378 mètres par le chemin de La Bavosière.

Depuis les gorges de Turignin, nous longeons le ruisseau de Muffieu pour nous rendre aux Marmites de Géant sur le Séran (site spectaculaire propice à quelques photos !). Le petit village de Vieu nous apparait alors. Inutile de chercher une quelconque auberge de jeunesse dans ce petit village perché à 509 mètres !

Dès lors, pourquoi s’y attarder ?, d’autant plus que les estomacs commencent à montrer quelques impatiences. C’est à la Fontaine de la Doue que nous nous octroyons la pause déjeuner convoitée. Il n’y a plus de Limoncello pour cet ultime repas, mais quelques flasques encore pleines semblent avoir résisté à l’usure du temps !…..

Sous un soleil omniprésent certains savourent ces derniers instants par un petit repos allongés qu’ils sont sur le tapis herbeux.

Nous repartons en direction de la source du Groin où nous rencontrons un spéléologue solitaire amateur de photos insolites. Nous échangeons quelques propos et repartons. Il nous faut rejoindre Vaux Morets, Sur la Teppe et le gouffre du Diable. Nous n’avons pas d’équipement pour mesurer la profondeur de ce gouffre. Daniel propose d’accrocher bout à bout tous nos bâtons …. Drôle d’idée !

Jean, en ex régional de l’étape se joint à France, notre attentionnée guide, pour nous emmener jusqu’à Artemare en passant par Le Vau Grès et la Promenade de Carraz.

C’est la fin de notre circuit intitulé « Circuit de l’eau » Nous avons parcouru 16 km par cette journée ensoleillée avec 600 mètres de dénivelé.

Sans nul doute ce fut un agréable séjour…. Mais comment aurait- il put en être autrement dans cette belle région, avec ces agréables circuits préparés par France et Sylvain, que nous remercions vivement, et avec la bonhommie et la clairvoyance de chacun et un grand merci à toutes ces dames qui nous ont régalés de pâtisseries et gâteaux à apéritif.

S’il fallait de ce séjour ne retenir qu’un mot (ce qui serait affreusement réducteur !) je retiendrai le mot : EAU

Eau ! Tu nous as accompagnés le premier jour, tu as su te rappeler à nous le 2ème jour (LIMON-Cél-EAU !), et tu as joué à cache-cache avec nous le 3ème. Merci à toi aussi !

 

Denis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé