Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

Sortie du 7 novembre 2017

 CORVEISSIAT (01)

 

 

Le point de ralliement pour cette marche programmée par notre ami Gégé s’annonçait cool : « Vous suivez la départementale 936 et vous arrivez obligatoirement  jusqu’à Corveissiat sans le moindre problème ! ». C’était sans compter sur les immanquables panneaux : « déviation, travaux, route barrée  » qui agrémentent  si  souvent  le parcours des automobilistes, et en général,  à quelques centaines de mètres du but à atteindre !  MNS  n’a donc pas échappé à cette règle. Les uns, ont emprunté une déviation interminable  tandis que d’autres ont cru prendre des raccourcis qui rallongent ou ont téléphoné pour annoncer leur retard et demander que l’on  ne prenne pas le départ sans eux !

A 9 heures 30, nous comptabilisons 50 marcheurs sur la place du village de CORVEISSIAT,  pour cette randonnée classée ni trop cool, ni trop dure, mais composée uniquement de marcheurs cools. C’est donc dans une ambiance bon enfant que nous nous dirigeons vers ST MAURICE D’ECHAZEAUX,  haut lieu historique  qui surplombe de 200 mètres le confluent de l’Ain et de la Valouse et nous offre un panorama exceptionnel sur les gorges de l’Ain, le lac de Conflans d’une superficie de 20 hectares, formé depuis 1931 suite à la construction du barrage de Cize-Bolozon. 

L’Eglise apparait sous le nom de « Chapelle de St Maurice de la Roche » en 1080, et sa fondation remonterait entre 852 et 1084. A l’origine, St Maurice est une fondation monastique  de quelques moines qui vinrent sans doute chercher la solitude sur ce rocher. Elle a survécu à plusieurs saccages et a échappé de peu à la démolition en 1849. Le cimetière qui l’entoure est encore réservé aux habitants de St Maurice et  Conflans. 

Nous reprenons notre marche à travers bois. Les sentiers se croisent et s’entrecroisent. En l’absence de marquage il faut être vigilant pour rester sur le circuit reconnu. Mais le bras droit de Gégé, Daniel le Neuvillois veille au grain ! Tout à coup son GPS dernier cri lui enjoint de faire demi-tour dès que possible.  Ainsi, comme dans un certain royaume, les derniers se retrouvent les premiers, au grand dam des personnes ne supportant pas d’être devancées.  Un retour de quelques mètres et nous retrouvons le sentier qui nous avait échappé.    

Nous nous dirigeons vers le lieu-dit  Marsonnas, commune d’AROMAS  (Jura) où notre guide a prévu la pause déjeuner.  La longue colonne de randonneurs s’étale sur plus de 500 mètres. Bernard, depuis quelques dizaines de minutes vient de ressentir une violente douleur au genou droit. Il ne peut suivre son rythme habituel. Une âme charitable lui propose un antidouleur qu’il accepte aussitôt.  Les derniers mètres avant cet arrêt de midi, sont manifestement les plus durs à parcourir. Il prend place sur l’un des deux bancs disponibles Il est blanc comme un linge.

 Il convient de prendre une décision.  Il ne pourra pas poursuivre la randonnée. Comme par miracle, une maison de retraite se trouve à moins de 100 mètres ! De plus, Bernard connait bien ces bâtiments transformés depuis quelques années en EPHAD  et qui abritaient un couvent de bonnes sœurs. Il a même réussi  à leurs vendre, à l’époque, un petit tracteur lors d’une de ses tournées dans le secteur ! C’est donc en courant, que notre ami Alain s’est rendu dans cet établissement  pour demander si un lit était disponible, mais tout était complet.   Ne perdant pas une minute, il a « réquisitionné » une jeune fille qui s’apprêtait à quitter la maison de retraite au volant de sa voiture. Quelques instants plus tard, Bernard, accompagné de son épouse, rejoignait CORVEISSIAT à bord de ce taxi improvisé  et pouvait reprendre son propre véhicule pour un retour à VANDEINS. Depuis, l’état de santé s’est  fort heureusement, bien amélioré.

Après cet incident sans trop de conséquences, nous avons poursuivi notre itinéraire en direction de Lavillat pour rejoindre vers 16 heures, le point de départ.

                Ce circuit très agréable, à travers bois, sur des sentiers recouverts de feuilles mortes a ravi les participants, bien que le soleil n’ait pas été  de la partie. Un grand merci à Gégé et  à tous ceux qui ont reconnu cette randonnée. 

Sans oublier Daniel le Neuvillois qui a souhaité arroser le changement d’horaire (avec à la clé, un an de plus !).

Pour les statisticiens, il semblerait que les GPS se soient accordés pour annoncer 18 kms  et 460 à 480 mètres de dénivelé. 

Résumé de Jean.            

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé