Marche Nature Santé
Marche Nature Santé

SEJOUR A NANS SOUS SAINT ANNE (25)
    DU 19 au 22 JUIN 2017

Gargamel est fréquentable !

    C’est ce que nous a dit Schtroumpf Bernard en nous proposant de nous rendre à Nans-Sous-Sainte-Anne. Il a même indiqué aux membres de Marche Nature Schtroumpf présents « que la maison où habitait Gargamel maintenant, pouvait abriter plusieurs d’entre nous et qu’elle se trouvait dans une région propice aux randonnées ».
    C’est donc à 27 (11 Schtroumpfs et 16 Schtroumpfettes) que nous avons, pendant ces quelques jours du mois de juin 2017, décidé de défier Gargamel sur ses terres.

Toute cette petite tribu est au rendez-vous ce lundi 19 Juin vers 11 heures pour une première découverte, depuis Nans, de la source du Lison – cet affluent de la Loue alimenté par les eaux s’infiltrant par des fissures depuis le plateau calcaire. Ce havre de paix aux splendides couleurs, refuge du hibou Grand-Duc, permet à notre troupe un constat unanime : C’est Schtroumpfant !

La Grotte Sarrazine, arcade de 100 m de haut et 30 m de large creusée dans le calcaire permet de deviner la charge importante du volume d’eau engendré en cas de crue. Ce n’est nullement le cas en ce jour et Schtroumpfs et Schtroumpfettes peuvent aisément se rafraichir et apprécier la hauteur de la cavité (90 m).

Un repas tiré du sac permet à chacun d’apprécier l’instant sous la fraicheur des arbustes. Point de rosé ou d’élixir pour ce pique-nique….. Chez les Schtroumpfs la vigilance est de mise, nul besoin de réconfort par cette chaleur, d’autant que le réconfort est engendré par la présence de Grand-Schtroumpf et de quelques « zoiseaux » ! (Comme sa grand-mère, avant lui, comme son grand-père, Grand-Schtroumpf aime bien les volatiles…)

Le retour se fait à travers un chemin forestier quelquefois caillouteux. Le déplacement de certaines pierres lors du passage du groupe évoque le son cristallin de la casse de vaisselle en porcelaine. Un sentier botanique permet de rejoindre la maison de Gargamel : Lison-Accueil. Dix     kms ont été parcourus lors de cette première journée. Par la cascade et source du Varneau quelques courageux envisagent de rendre au châtelain une visite de courtoisie, sur les hauteurs du « bois du Monsieur ». Hélas il ne reste de son château que quelques ruines à peine visibles dans la végétation. Point de châtelain en ces lieux non plus !   

Une douche s’impose pour tous, d’autant plus que le cuistot de la maison nous a préparé un bon repas de bienvenue. 
    Vraiment ce n’est plus là le « Gargamel » tant écrié ! Notre Gargamel à nous, sait recevoir. Quitte à vous faire saliver de gourmandise et/ou de jalousie, sachez que le jambon au vin jaune accompagné de ses pommes de terre sautées et/ou de ses frites ! fut un vrai délice. 
    Schtroumpfante cette première journée ! Vivement demain !

 

Certains lecteurs de ce compte-rendu pourraient s’étonner de n’avoir pas entrevu dans ces lignes la présence d’Azraël ! (le fidèle chat de Gargamel) Sachez que nous ne l’avons pas vu, seulement entendu durant toutes les nuits trop occupé qu’il était à faire mumuse avec une congénère !! Gargamel ne dispose pas d’une basse-cour et d’un coq tonitruant qui invite au réveil le matin. Ce sont ses quelques chèvres et montons bêlants qui indiquent à nos Schtroumpfs que le petit déjeuner est servi.
     Nous sommes mardi 20 Juin. Schtroumpf Bernard nous présente notre guide du jour : Jean-Baptiste. Après un rapide briefing, Schtroumpfs et Schtroumpfettes suivent Jean-Baptiste sur les sentiers forestiers du «  Long Essan » en direction du belvédère des Feuilles. Il est 9 heures et la température déjà élevée laisse présager une journée où gourdes et bouteilles d’eau seront souvent sollicitées. Enfant du cru, Jean-Baptiste n’est pas avare d’explications et sa présence au sein de la petite troupe dans ces parcelles parfois escarpées est rassurante. Quelques haltes rafraichissantes nous permettent d’admirer depuis les belvédères les reliefs et fissures creusées dans ce paysage, terrain de jeux de nombreux spéléos.

 

La pose de midi offre un moment de repos et de régénération à chacun. Une parenthèse schtroumpfante de détente. Natif d’Eternoz, Jean-Baptiste nous conduit maintenant sur les pas de son passé. Ses explications alliées à celles de Schtroumpf Bernard son complice, nous permettent de découvrir une famille enracinée depuis plusieurs générations dans cette région. Jean Garnier, le papa de Jean-Baptiste, nous fait à 88 ans l’honneur de sa présence et nous présente avec malice, l’atelier familial, ce lieu emblématique qui a vu naitre bien des machines agricoles et de nombreuses innovations notamment la « charrue Brabant Garnier ». Les yeux pétillants de Jean Garnier nous accompagnent dans la poursuite de notre randonnée et nous rappellent que la passion est indissociable de la qualité de vie. Merci Jean-Baptiste de nous avoir offert cet instant de partage. Merci aussi à Jean, pour cet instant de nostalgie.

Le Bois de Bornes offre à Schtroumpfs et Schtroumpfettes, grâce à ces feuillus une protection salutaire face aux rayons ardents du soleil. La température est élevée mais n’entame pas la bonhomie de la troupe. Certes, les paroles sont moins fréquentes. Mais la rareté des conversations est motivée par la difficulté du parcours dans cette partie de la randonnée. Le planté de bâton revêt ici une importance capitale, la position de chaque pas est primordiale. Je fais l’expérience d’une descente « sur les fesses » parmi les épines. Expérience que j’essaierai d’éviter à l’avenir. La chute de pierres occasionne quelques bobos rapidement soignés par le corps médical présent dans les rangs. Nous l’avons fait ! 11 Schtroumpfs et 16 Schtroumpfettes peuvent maintenant envisager un retour apaisant le long d’un ruisseau dont les eaux limpides nous apportent un bien-être rafraichissant. Merci Jean-Baptiste pour cette ballade, Merci pour nous avoir consacré cette journée. 

Revenu chez Gargamel, une tournée de bière permet de retracer les péripéties de cette journée et de constater que les quelques 16 ou 17 kms de cette randonnée ont été effectués par une chaleur omniprésente. Merci à Schtroumpf Brasseur d’avoir eu la gentillesse de nous faire partager le fût de bière  patiemment élaboré il y a quelques temps. Une remarque toutefois s’impose : Une chignole aurait été nécessaire pour l’ouverture du fût !
    Constat : « la bonne humeur ne fait pas fuir les tiques ! » il semblerait d’ailleurs que celles-ci devinant l’ambiance bon-enfant du groupe aient décidé de s’y joindre. Plusieurs Schtroumpfs et Schtroumpfettes en ont fait l’amère expérience. N’est-ce pas Bernard ! Heureusement les Schtroumpfettes « Assistance médicale » veillent aux grains !
Mercredi 21 Juin (Fête de la musique)
    La Source de la loue (La louve !) nous attend aujourd'hui. Paulette reste à la maison. Nous serons donc 26 pour cette randonnée. Le point de départ se situe à Mouthier Saint Pierre. Schtroumpf Bernard organise le co-voiturage et confie à chacun des conducteurs un plan (Inutile de mettre les « Grandiloquents Perspicaces Schtroumpf-instruments » en fonction).
    Nous commençons cette randonnée. Il est 9 h 30. Nous passons devant l’usine électrique. Dès lors, pour la suite, où la vigilance doit être omniprésente (dévers, pentes abruptes) c’est une Schtroumpfante chenille qui démarre. L’aide de Gégé, de Bernard (s) de Jean permet une progression lente mais sans encombre. Schtroumpfs et Schtroumpfettes atteignent la source de la Loue vers 12 H. La Source de la Loue (l’une des plus célèbres résurgences de France) est nichée dans un magnifique hémicycle creusé par la rivière. 

 

La Loue apparait à nous au pied d’une falaise haute d’une centaine de mètres depuis une grotte large de 60 mètres. C’est ici l’emplacement de notre restaurant du jour. « Mieux ce serait indécent ! » N’est-ce-pas Schtroumpfette Marie-Claire. Schtroumpfs et Schtroumpfettes se scindent alors en deux groupes. Non par désaccord mais pour pouvoir à l’arrivée partager leurs impressions sur des parcours différents. L’un des groupes (composé des plus intrépides, qui se reconnaitront !) prend de la hauteur dans ce paysage du Doubs. Une heure supplémentaire de marche permet de rejoindre l’autre groupe en contrebas. Les pieds malmenés durant cette journée, trouvent un réconfort salutaire dans les eaux vivifiantes de la rivière longée à l’aller et au retour durant toute la randonnée.

Un petit verre de bière ou de jus de pomme sur la place du village chez un brasseur Québécois déjà installé pour la soirée musicale nous permet de parfaire cette journée. De retour à la base, pas question de trop traîner, le cuistot de Gargamel nous a préparé une Paëlla fort appréciée par tous les Schtroumpfs.

 Accompagné de Schtroumpf Brasseur (reconverti en percussionniste) et de notre Grand Schtroumpf (et ses zoiseaux !) Schtroumpf-Aubade nous permet de fêter, en ce 21 juin, dignement la musique. L’extinction des feux a eu lieu vers minuit ce jour-là.

 

Jeudi 22 Juin
    Faux et usage de faux sont prévus pour la matinée…. En passant par le pont du Diable ! 
    Ce programme élaboré par Schtroumpf Bernard nous permet de découvrir le travail o combien pénible des ouvriers œuvrant à la fabrique des outils taillants (faux entre-autres etc...) .La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne rachetée en 1865 par la famille Philibert nous accueille pour un retour sur le passé rempli de nostalgie. L’aire de pique-nique attenante à la taillanderie nous permet de prendre ensemble un dernier repas.

 

Un dernier sourire, une dernière anecdote permet à 11 Schtroumpfs et à 16 Schtroumpfettes de prendre congés sous ce soleil omniprésent.
    De l’avis de tous, ce fut un séjour en tout point schtroumpfant.
    Merci à Bernard pour l’élaboration de ce séjour alliant effort physique, bonne humeur, découverte et nostalgie. Merci pour avoir partagé ta passion avec le groupe.

 

Merci à tous ceux (qui se reconnaitrons !) pour avoir été à l’écoute des difficultés rencontrées par certains. La cohésion du groupe a été maintenue grâce à vous et c’est schtroumpfement rassurant.
    Merci Gargamel pour l’accueil. Les Schtroumpfs et Schtroumpfettes n’oublieront pas ton accueil (on peut se tutoyer maintenant qu’on est rabiboché !).

 

Résumé de Denis

Plus de photos de Nans sous St Anne

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marche - Nature - Santé